Vous allez être hospitalisé ? Ce que vous devez savoir sur les phlébites

October 3, 2019

Vous allez être hospitalisé ? Ce que vous devez savoir sur les phlébites

(BPT) Une personne sur quatre dans le monde décède des suites d’une thrombose, la formation de caillots dans un vaisseau sanguin. Les événements associés à la thrombose provoquent chaque année plus de décès aux États-Unis et en Europe que le cancer du sein, le VIH et les accidents de la route combinés ; néanmoins, peu de gens connaissent les phlébites ou leur origine souvent surprenante : l’hôpital.

Les phlébites potentiellement dangereuses se forment généralement dans les veines profondes de la jambe, de l’aine ou du bras ; c’est ce que l’on appelle la thrombose veineuse profonde (TVP). Une TVP peut alors se déplacer dans la circulation sanguine et se loger dans les poumons, ce que l’on appelle également l’embolie pulmonaire (EP). Réunis, les acronymes TVP et EP sont connus sous le nom de thromboembolie veineuse (TEV), une maladie à la fois dangereuse et potentiellement mortelle.

Un séjour à l’hôpital constitue un risque majeur de contracter une TEV. Les patients dont la mobilité est réduite en raison d’un alitement ou d’une convalescence, ou qui présentent un traumatisme des vaisseaux sanguins à la suite d’une intervention chirurgicale ou d’une autre lésion grave sont plus susceptibles de contracter une phlébite.

La thrombose associée aux hospitalisations est un problème mondial. Une étude majeure commanditée par l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) a révélé qu’elle était responsable de plus de décès et d’invalidités que la pneumonie nosocomiale, les infections sanguines liées aux cathéters ou les événements indésirables liés aux médicaments dans les pays à faible ou moyen revenu. Elle représente également jusqu’à 300 000 décès aux États-Unis et 544 000 décès en Europe chaque année. Au Royaume-Uni, cependant, les chiffres ont diminué au cours des dix dernières années grâce aux mesures de prévention de la TEV imposées dans les hôpitaux par le National Health Service (NHS) britannique. Depuis 2010, l’Angleterre a observé une réduction de 15,4 % des décès dans les 90 jours qui suivent la sortie de l’hôpital.

L’exemple du NHS au Royaume-Uni montre qu’en se concentrant sur la prévention de la TEV associée à l’hôpital, les systèmes de santé peuvent sauver des vies et réduire les coûts. Selon un article récent paru dans le British Medical Journal et rédigé par la Prof. Beverley Hunt, MD, ordre de l’Empire britannique et présidente du World Thrombosis Day Steering Committee, les hôpitaux du NHS britannique sont parvenus à réduire considérablement leurs taux de TEV en mettant en œuvre des évaluations obligatoires du risque chez les patients, le respect des directives, et des enquêtes sur les cas afin de déterminer leurs causes profondes.  Aux États-Unis, Johns Hopkins Medicine a rapporté une réduction de 40 % des évènements de TEV après la mise en œuvre d’un protocole de prophylaxie similaire.

Si certains hôpitaux et systèmes de santé ont adopté des mesures comparables pour prévenir la TEV, ce n’est pas le cas partout. Cela signifie que les patients doivent être proactifs en discutant avec leurs prestataires de soins des mesures à prendre afin d’identifier et de prévenir la thrombose. Pendant leur séjour à l’hôpital et après leur sortie, les patients doivent être attentifs aux signes et symptômes de thrombose, tels que douleurs et sensibilité au niveau des jambes, rougeurs et gonflements, essoufflement, respiration rapide, douleurs thoraciques et présence de sang dans les expectorations.

Scott Shields, d’Arlington en Virginie, a survécu à une thrombose et déclare : « Suite à un accident de voiture à l’âge de 32 ans, je me suis retrouvé avec plusieurs blessures qui auraient pu être mortelles. Mais pendant ma période de convalescence à l’hôpital, j’ai contracté une thrombose veineuse profonde (TVP) à la cuisse gauche. Comme j’étais quotidiennement en contact avec mes médecins lors des séances de physiothérapie, j’ai pu attirer leur attention sur cette nouvelle douleur soudaine à la jambe et obtenir un traitement rapide. »

Comme l’indique Shields, une communication ouverte avec les prestataires de soins de santé est essentielle. Les patients sont en droit de s’attendre à ce que leur hospitalisation soit sûre et le risque d’évènements indésirables, tels que les phlébites, réduit au minimum, mais ils doivent également se sentir aptes à défendre leurs droits aux soins.

Les patients hospitalisés doivent prendre les mesures suivantes pour évaluer leur risque et prévenir la TEV :

  • Demander à son prestataire une évaluation du risque de TEV, un outil ou un questionnaire rassemblant des informations sur l’âge du patient, ses antécédents médicaux, ses médicaments et certains facteurs spécifiques liés à leur mode de vie, afin de déterminer le risque potentiel d’un patient de développer une phlébite.
  • Se renseigner sur les options de traitement comme les bas de contention ou les médicaments anticoagulants, qui peuvent aider à prévenir la TEV.
  • Respecter les traitements prescrits, y compris la prise de médicaments, conformément aux instructions, et poser des questions, le cas échéant.
  • Rester actif et bouger le plus possible durant l’hospitalisation et après la sortie.

Pour plus d’informations sur la phlébite, consultez le site Web du World Thrombosis Day. Le World Thrombosis Day lieu le 13 octobre tous les ans, et est mené par l’International Society on Thrombosis and Haemostasis (ISTH).

Related Campaign News

  • World Thrombosis Day (WTD) is a global campaign that aims to [...]

  • In this new series, World Thrombosis Day (WTD) shares interviews with [...]

  • 2024 campaign pillars emphasize new research and partner collaboration CHAPEL HILL, [...]